Notre dernière Newsletter : Infolettre 2018 n°87

Infolettre IW 2018 n°87

Si ce message ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser en suivant ce lien.


Infolettre de l'Institut Wanxiang - 2018 n°87


Pourquoi? vs comment?

Cure de sevrage du sucre
du 17 au 26 novembre 2018

Inscription avant le 1er novembre!

SENGCAN

« Écrit sur la foi en l'Esprit »

Le génie de la Chine

Le diabète

Formation E Mei et Moi

Inscription avant le

1er décembre 2018

Pourquoi ? versus comment ?

Pachy Zhen

Dans l’antiquité, l’une des sciences les plus importantes a été l’astronomie. Le Tetrabiblos, ouvrage écrit en grec par Ptolémée (90-168), est une encyclopédie compilant le savoir antique de l'étude de l'astrologie vue par les Gréco-Romains. C'est un ouvrage qui a fait référence en matière d'astrologie pendant plus d’un millénaire.
Le livre céleste de Gan et Shi [Ganshixingbiao 甘石星表] est considéré comme le premier travail astronomique au monde. Il a répertorié les noms de plus de 800 étoiles, et les positions de 121 ont été vérifiées. Gan De a découvert la lune de Jupiter à l'œil nu, 2 000 ans plus tôt que l'astronome italien Galilée, qui l'a découverte avec un télescope astronomique en 1609. Shi Shen a découvert la raison des éclipses solaires et lunaires. Depuis l’époque des Han (-206-220) jusqu’à l’année 1785, la Chine a répertorié 925 éclipses solaires et 574 éclipses lunaires ce qui en fait les archives les plus anciennes et importantes de cette époque. Ainsi, le livre céleste de Gan et Shi revêt une grande importance dans l'histoire de l'astronomie en Chine et dans le monde entier.
À propos d’une autre science que sont les mathématiques, Euclide dans son œuvre intitulée les « Éléments » (13 livres écrits vers 300 av. J.-C.), compile, commente et interprète les connaissances de la Grèce antique en la matière, ce qui en fait un manuel d’étude qui sera utilisé pendant plus de deux mille ans. En Chine, entre le 1er siècle av. J.-C et le 1er siècle de notre ère un ouvrage intitulé Jiuzhangsuanshu 九章算术 [Neuf chapitre sur les mathématiques] fait référence dans le milieu (voir notre article sur les différences entre mathématiques chinoises et occidentales). C’est en effet, l’ouvrage le plus moderne sur les mathématiques de cette époque, et il va renouveler et enrichir les mathématiques en Occident. Un autre ouvrage intitulé Zhoubisuanjing 周脾算经 [Traité mathématiques des Zhou] découvre la loi de Pythagore. Au 3ème siècle, le Haidaosuanjing  海岛算经 stipule une façon de procéder qui sera reprise par le mathématicien chinois ZU Chongzhi pour notamment découvrir la valeur approchée arrondie au dix millionième de π (Pi).
En regardant uniquement ces deux matières que sont l’astronomie et les mathématiques, nous remarquons les différences qui existent entre la pensée occidentale et la pensée chinoise dans le domaine scientifique. La pensée scientifique grecque met l’accent sur l'hypothèse et le raisonnement rationnel. La pensée chinoise privilégie l'observation du réel et la résolution des problèmes. Un autre point divergent est que la pensée grecque aime utiliser le terme « pourquoi » alors que la pensée chinoise préfère utiliser le terme « comment faire.»

Ces deux systèmes de pensée ont fabriqué les deux systèmes médicaux que l'on connaît aujourd’hui.
Que toutes choses prospèrent en paix.
雷宓谐  dit Michel

Qigong Emei

Qi Gong Emei

Le Qi Gong du Mont Emei développe le calme mental par un travail statique, et des exercices dynamiques.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi : 8h30 à 10h00
Lieu : l'Institut.

Pas de cours le 23 octobre.

En savoir plus

Qigong diabésité

Qi Gong Diabésité

Pour tous ceux qui veulent prendre conscience du métabolisme de leur corps et atteindre le calme mental. 
Lundi, mercredi, vendredi et samedi : 10h30 à 11h30.
Lieu : l'Institut.

Pas de cours le 22 octobre.

En savoir plus

Méditation taoïste

Méditation taoïste

Raffiner le corps et l'esprit pour atteindre la liberté intérieure.  C'est une Voie de l'alchimie interne, un chemin de transformation du corps et de la conscience
Mercredi : 18h00 à 19h00
Lieu : l'Institut.

En savoir plus

SENGCAN (?-606?), « Inscrits sur la foi en l'Esprit »

Ni ceci, ni cela
..."Dans ce monde d’ainsité, il n’y a ni soi ni autre-que-soi.
Pour vous mettre directement en harmonie avec la réalité, quand le doute surgit, dites simplement: “Pas deux”.
Dans ce “Pas deux” rien n’est séparé, rien n’est exclu.
N’importe où et n’importe quand, l’illumination est la perception de cette vérité.
Et cette vérité ne peut être ni rallongée ni diminuée dans le temps ou l’espace;
Là-dedans, une simple pensée équivaut dix mille ans.
"...

Jianzhi Sengcan (鑑智僧璨) (? ~ 606?) est considéré comme le troisième patriarche chinois de l'école bouddhiste Chan et le trentième depuis Bouddha. Le Xinxinming 信心銘 « Écrits sur la Foi en l'Esprit », texte essentiel du Chan sur le non-dualisme fondamental, lui serait attribué. Jianzhi « miroir de sagesse » est un titre décerné par l’empereur Tang Xuanzong (685 - 762).

Le génie de la Chine

Le diabète - VIème siècle ap. J.-C.

A l’origine, en Chine, le diabète était appelé xiaoke. Ce terme, qu’on peut traduire par « soif dissolvante », exprimait parfaitement la soif anormale éprouvée par certains diabétiques et l’énorme quantité d’urine qu’ils éliminent. Le Livre de Médecine de l’Empereur jaune décrit longuement le diabète et observe avec pertinence « qu’un patient qui souffre du diabète a certainement l’habitude de consommer beaucoup de sucreries et de graisses ». Dès cette époque, les Chinois faisaient preuve d’une grande perspicacité dans le diagnostic du diabète.
On ignore quand ils se sont aperçus que l’excès de sucre dans l’urine était le symptôme de cette maladie. Le médecin Zhen Quan, mort en 643, relève le fait dans son livre Prescriptions éprouvées, anciennes et nouvelles, aujourd’hui perdu, mais dont plusieurs passages essentiels sont cités dans une œuvre plus tardive écrite en 752 par Wang Tao, Importantes Formules et Prescriptions médicales révélées par le Gouverneur d’une province lointaine. En voici un extrait :
« Les Prescriptions éprouvées, anciennes et nouvelles disent qu’il existe deux ou trois types de diabète. Dans le premier, le patient éprouve constamment une soif intense, boit beaucoup, élimine beaucoup d’urine non grasse, floconneuse, comme si elle contenait du son, et douce au goût. C’est Xiaoke Bing. Dans le second, le patient n’a pas soif et il mange beaucoup. Dans le troisième, le patient a soif, mais boit peu ; ses extrémités inférieures sont gonflées d’eau, œdémateuses ; il souffre d’impuissance et urine fréquemment. »
Le premier type décrit est le diabète sucré, ou diabète commun. Le deuxième et le troisième font probablement référence au diabète des obèses.
L’allusion au gonflement des pieds correspond sans doute au fait que les diabétiques souffrent de problèmes circulatoires. Si le diabète s’aggrave, si le patient porte des chaussures trop serrées ou abuse de l’eau chaude pour réchauffer ses pieds, il s’expose à des complications — furoncles, inflammations. — si sérieuses qu’elles peuvent entraîner une gangrène.
Au VIIe siècle après J.-C., le médecin fonctionnaire Li Xuan rédigea sur le sujet une monographie où il tente d’expliquer le phénomène de l’urine sucrée. Le passage suivant en est extrait :
« La maladie provient d’une faiblesse rénale et urogénitale, auquel cas l’urine est toujours sucrée. Beaucoup de médecins ignorent ce symptôme [...] La nourriture riche en céréales des paysans, les gâteaux et les douceurs accroissent le taux de sucre [...] Il est dans la nature des sédiments d’être éliminés. Mais comme les reins et la vessie, qui gouvernent, sont affaiblis, ils ne peuvent plus filtrer convenablement les éléments essentiels des nutriments, si bien que l’excrétion se fait par l’urine, laquelle devient sucrée et perd sa couleur normale. »
Un autre médecin, Sun Simiao, écrivit aux environs de l’année 655, dans ses Remèdes valant mille pièces d’or, qu’en cas de diabète « il faut s’abstenir de vin, de sexe et de céréales (féculents). Ce régime, bien suivi, évite tout médicament ».
Ainsi, dès le VIIe siècle après J.-C., les Chinois faisaient part de leurs observations et de leur interprétation concernant les urines sucrées et proposaient un traitement proche des méthodes modernes qui recommandent aux diabétiques de s’abstenir de consommer de l’alcool et des féculents.
Les Indiens (d'Inde) connaissaient eux aussi le phénomène des urines sucrées chez les diabétiques, mais leurs textes sont difficiles à dater (contrairement aux écrits chinois). En Europe, ce n’est qu’en 1660 que Thomas Willis remarqua la saveur douce de l’urine des diabétiques, et la publication de cette observation date de 1679. En 1776, Matthew Dobson établit un lien entre cette saveur et le sucre, et il fallut attendre 1815 pour que ce sucre fût identifié comme du glucose. En termes de diagnostic et de contrôle du diabète, les Chinois ont donc précédé les Européens de plus de mille ans, bien qu’ils n’aient pas connu le rôle du pancréas (assimilé au système Rate de la MTC) et de l’insuline, isolée en 1921. Quelle brillante intuition pour eux que d’avoir pu affirmer dès le VIIe siècle « tous les gens dont l’urine a une saveur douce et ne contient pas de particules de graisse souffrent du diabète » !
{Source : Le génie de la chine - 3000 ans de découvertes de Robert Temple}

Formation E Mei et Moi

La pratique du qigong et de la méditation est un cheminement délicat dans un pays immense et mystérieux, à l'intérieur de nous-mêmes, dans les profondeurs de notre corps.

Mettre corps et esprit en demeure de s'entendre est une exigence d'harmonie intérieure, que ni le sport, ni la science, ni la religion n’ont jamais prise en compte.

La formation complète "E Mei et Moi" comprend un enseignement théorique et pratique en 16 stages résidentiels d’un jour et demi (sur 3 ans) du samedi 15h00 au dimanche 16h00.
Vous aurez les informations théoriques nécessaires pour mieux connaître votre corps, améliorer son fonctionnement et vivre en meilleure harmonie avec vous-même et ceux qui vous entourent ainsi qu'une formation pratique au qigong et à la méditation.

Lieu : Creuset de Meymans (Drôme)
Engagement sur un an. 


Tongxin, association loi 1901, vous propose de débuter un nouveau voyage à l'intérieur de vous-même.

Inscriptions avant le 1er décembre 2018. (Groupe de 6 à 8 personnes)

Renseignements et inscriptions : Formation E Mei et Moi

Les Lundis du CADO

Si vous êtes quelqu'un qui se préoccupe de son poids, peut-être avez-vous déjà essayé de suivre un régime dans le passé...

Plus globalement, peut-être avez-vous du diabète, de l'obésité, de la boulimie, des compulsions, des allergies alimentaires, de la sinusite chronique, de l'asthme, des déséquilibres digestifs, de la fibromyalgie, de la fatigue chronique, des déséquilibres d’origine nutritionnelle...

Peut-être envisagez-vous de faire la cure-retraite mais les circonstances ne s'y prêtent pas encore. Alors venez goûter aux lundis du CADO, une journée de mise en situation pour toucher le quotidien de la cure et vous laisser convaincre de son efficacité.

Les Lundis du CADO sont l'occasion de s'initier en une journée-découverte à la cure-retraite de dix jours, dont l'expérimentation est la motivation et la preuve que l'on peut changer en peu de temps.

Le stage se déroule un lundi de 9h00 à 16h00. Sont abordés les bases théoriques de la cure de 10 jours, les pratiques quotidiennes ainsi que les qigong de santé : Fang Song Gong et Liu He Dao Yin Gong.
Le programme de l'année 2019 comprend quatre sessions avec des thèmes différents. S'inscrire aux 4 sessions c'est progresser à son rythme doucement dans l'état d'esprit et l'apprentissage des qigong.

Renseignements et inscription sur la page des Lundis du CADO.

Cure de sevrage du sucre - Retraite de 10 jours pour trouver la liberté !

Fatigue extrême, difficulté à prendre des décisions, surpoids, diabète ou cholestérol, rhumes et toux récurrentes, problèmes de peau, démangeaisons fréquentes, douleurs chroniques, ballonnements, ...

Autant de symptômes, plus ou moins graves et plus ou moins gênants, qui peuvent venir de là où l’on s’y attend le moins.
Ressentez-vous une dépendance, une addiction à la nourriture, et particulièrement au sucre ?
Les industries alimentaires jouent avec notre santé, car elles ont bien compris une chose : le sucre est addictif. Ce dernier est 8 fois plus addictif que la cocaïne.
Le but n’est cependant pas de supprimer totalement le sucre. L’objectif est d’identifier le "bon sucre" du "mauvais sucre", de sélectionner les aliments dont le sucre est naturellement présent et d’éliminer les autres. Mais plus facile à dire qu'à faire!
Après plusieurs années de pratique, il faut constater que la théorie pour se sevrer du sucre ne suffit pas. Il faut aller plus loin.
Accompagner, instruire, apprendre à écouter son corps, apprendre à évacuer le stress, mais surtout réapprendre à manger, et découvrir les aliments qui guérissent, pratiquer des exercices de santé millénaire, adopter une attitude ouverte face à la Vie… Cette cure n’est pas miraculeuse, elle crée les conditions du changement, et donne simplement tous les outils pour prendre sa santé en main, de manière naturelle et durable, au sein d'un groupe dont l'énergie curative apporte un soutien essentiel.

Le tarif et la liste des dates pour 2019 est disponible sur le site.

Inscrivez-vous dès maintenant pour la cure du samedi 17 au lundi 26 novembre 2018

Date limite d'inscription le 1er novembre 2018

Si vous constituez un groupe de 6-7 personnes, nous pouvons fixer des dates ensemble. Réservez dès maintenant!

Lisez les témoignages 
Si vous êtes enclin à évoluer vers la liberté de l’esprit et du corps, ne pas hésiter à nous rejoindre et à faire connaître notre action en diffusant largement l'affiche à télécharger. Merci de votre soutien.


S'abonner à la Newsletter :

cliquez ici